dans PRÉVOYANCE

La Drees confirme la «hausse modérée de la couverture de la population après la généralisation de la complémentaire santé d’entreprise».

Entre 2014 et 2017, le taux de personnes couvertes par une complémentaire santé progresse de 1 point de 95% à 96%, après plusieurs années de stabilité. Cette légère augmentation pourrait être en partie attribuée à l’Ani santé, entré en vigueur en 2016. Mais la Drees confirme le constat selon lequel la réforme a surtout entrainé une bascule des offres individuelles vers les collectives.
Ainsi, la part de personnes couvertes par un contrat d’entreprise passe de 33 % à 38 %. Parmi les salariés du secteur privé, 71% sont couverts en tant qu’ouvrants droit, tandis que 8% le sont via un contrat d’entreprise souscrit par un autre membre du ménage. Par ailleurs, 2% ne sont pas couverts (un retard dans la mise en œuvre de l’Ani pour certaines entreprises ?). La part de salariés du privé bénéficiant d’une couverture collective grimpe de 9 points, principalement au bénéfice des travailleurs précaires (intérim et CDD). «Malgré ces améliorations, 5 % des salariés apprentis ou en CDD déclarent ne pas avoir de couverture complémentaire, comme 6 % des intérimaires et 12 % des personnes en contrats aidés», relève cependant la Drees.
L’amélioration du taux de couverture apparaît la plus forte chez les chômeurs, du fait de la portabilité. Ils sont ainsi 3% de plus à bénéficier d’une complémentaire en tant qu’ouvrant droit.

Tableau : Drees
Articles recommandés

Tapez votre recherche et pressez ENTREE pour la valider

amet, justo venenatis Curabitur dolor. ut ipsum venenatis, nunc risus. sem, efficitur.