dans PRÉVOYANCE

La MGP, mutuelle des forces de sécurité, est particulièrement engagée dans le soutien psychologique des policiers. Entretien avec Benoît Briatte, son président.

Pourquoi cette implication forte de la MGP dans la prévention santé et la gestion de risques psychosociaux?

Cet investissement était dans les gènes de la MGP. Lorsque le conseil d’administration a décidé de me faire confiance en tant que président, j’ai estimé qu’il fallait aller plus loin car notre population est de plus en plus sous pression. Des services existaient déjà pour les fonctionnaires de police en difficultés, mais nous avons voulu avec le ministère simplifier le système et le faire connaitre.
La MGP a ouvert la voie en 2011. Nous avons été la première mutuelle à intervenir sur trois journées prévention santé, organisées sur les directions départementales de sécurité publique de Lille, de Lyon et de Marseille. Nous avons associé tous les acteurs travaillant sur la santé, la prévention et le bien-être de l’ensemble des forces du ministère de l’Intérieur. Cette implication est historiquement forte et nous avons continué à l’amplifier.

Quelles sont les actions conduites aujourd’hui et dans quel cadre ?

Je souhaitais mettre en place une convention légitimant notre fonctionnement, notre place d’expert dans la santé et le bien-être au travail. En 2018, nous avons signé une convention avec la partie police nationale du ministère de l’Intérieur, puis l’année suivante avec le secrétariat général, c’est-à-dire l’ensemble du ministère.
Il nous a demandé d’inclure tous les acteurs : autres mutuelles, associations, etc.
Nous conduisons désormais une cinquantaine d’ateliers (sophrologie, diététique, problématiques de sommeil, etc.) bien-être et santé au travail, dans le cadre de notre convention. Ils rassemblent une trentaine, voire une cinquantaine, de participants à chaque journée organisée sur un site du ministère de l’Intérieur. Même si la MGP est très fortement ancrée sur les métiers de la police, nous intervenons également auprès de l’école des douanes (dépendants du ministère de l’économie ndlr) ou d’agents de la pénitentiaire dans certaines maisons d’arrêt (dépendants du ministère de la justice ndlr).

Comment intervenez-vous spécifiquement dans la prévention des risques psychosociaux ?

La MGP mène aux côtés des acteurs référents (ministère de l’Intérieur, associations, syndicats…), une politique volontariste pour prévenir les risques psychosociaux en parallèle de ses actions en prévention santé. En 2015, nous avons mis en place une plateforme d’écoute et d’aide dédiée aux agents des forces de sécurité, adhérents de notre mutuelle ou non. Elle est assurée par des psychologues cliniciens spécialisés dans les situations particulières comme un attentat, ou le suicide d’un collègue. Nous l’avons construite avec les gardiens de prisons ou les conducteurs de la RATP, qui peuvent aussi être confrontés à une agression ou à un suicide sur les voies.
En 2018 et 2019, nous avons été confrontés à une nouvelle vague de suicides dans la police et le plus important est d’avoir le filet le plus fin possible pour lutter contre ce fléau.
Nous nous appuyons également sur un réseau de 1 600 bénévoles, présents dans tous les sites policiers. Et depuis 5 ans, 220 personnes ont été formées à la détection des risques psycho-sociaux et sont présents sur le terrain.
La MGP a aussi mis en place MGProtect, permettant d’effacer de nos fichiers toutes les données (notamment les adresses) de nos adhérents pour préserver leur sécurité et celle de leurs familles. A notre manière, nous contribuons à limiter le risque et donc la pression qui pourrait être ressentie.

La MGP, s’est engagée à devenir une entreprise à mission. Pourquoi ?

Les valeurs consacrées par la charte de la Mutualité en 1898 ont malheureusement été un peu galvaudées. Nous avons besoin en permanence de rappeler nos spécificités par rapport aux autres acteurs de l’économie. Après la loi sur l’Economie Sociale et Solidaire, de 2014, la loi Pacte, nous permet de réaffirmer encore plus nos valeurs et de prendre un engagement supplémentaire vis-à-vis de nos adhérents, au moment où la MGP va écrire sa nouvelle ligne stratégique.

Articles recommandés

Tapez votre recherche et pressez ENTREE pour la valider

nec massa lectus sem, Curabitur mattis luctus ultricies felis