dans POLITIQUE DE SANTÉ

La conférence des directeurs généraux de CHRU vient de publier les résultats financiers des établissements pour 2018.

Les CHU ont connu l’année dernière une amélioration du résultat global, mais avec des situations différentes selon les établissements. Le déficit du budget principal est quasiment divisé par deux entre 2017 et 2018 passant de -306 Ms € à -164 Ms. Pour la conférence, cela traduit “la poursuite des plans de retour à l’équilibre dans les établissements déficitaires”. Dix-huit CHU sont en déficit pour un total cumulé de -261 Ms € et 14 sont en équilibre ou excédent à 97 Ms €.L’activité est restée soutenue en volume avec + 1 % de séjours “pour une valorisation financière en T2A de + 0,4 %”.

Par ailleurs le volet ambulatoire s’est accru avec + 1,9% de séjours sans nuitée et séances (57 % du casemix en volume). En parallèle, l’activité d’hospitalisation complète a diminué (-0, 9%) pour une valorisation représentant 85 % du total des recettes T2A d’hospitalisation. “Cette évolution de l’activité a rendu encore plus complexe la gestion de la contrainte financière, qui est demeurée très exigeante sur les recettes d’activité et les dotations forfaitaires de nos CHU. Dans le même temps, des contraintes réglementaires externes ont pesé à la hausse sur les dépenses”, écrit la conférence.


L’évolution de la masse salariale a été“maitrisée” à +0,7%, suite à l’impact des mesures réglementaires et catégorielles ” imposées malgré une stabilité globale des effectifs”.


Enfin, le faible investissement, attribué aux pressions financières, se poursuit. A près de 1,6 Md €, il retrouve don niveau de 2013 avec un effort s’élevant à 4,9%, contre au moins 8% selon les référentiels de l’Igas et de l’IGF.


Publié dans la Lettre du 4 juin 2019 – Photo : Luc Seba / Cocktail Santé
Articles recommandés
leo. in at dictum justo mi, Aenean libero massa id