dans POLITIQUE DE SANTÉ

Edouard Philippe a prononcé son discours de politique générale devant l’Assemblée nationale. Retraite, perte d’autonomie, PMA pour toutes les femmes, etc. le Premier ministre a détaillé la feuille de route du gouvernement pour les mois à venir.

Pour cet “Acte II du quinquennat”, le chef du gouvernement a d’abord annoncé un“changement de méthode”, consécutif à la crise des gilets jaunes.
Sur le fond, Edouard Philippe est revenu sur la réforme des retraites, sans toutefois préciser le calendrier du projet de loi. Jean-Paul Delevoye rendra ses recommandations, comme prévu le mois prochain. La possibilité d’un départ à 62 ans” sera maintenue mais l’Exécutif définira “un âge d’équilibre”, avec des incitations à travailler plus longtemps.

Autre chantier lié à l’âge, la dépendance. Le locataire de Matignon a confirmé la présentation d’un projet de loi “à la fin de l’année” qui “définira une stratégie et la programmation des moyens nécessaires. Ce texte est annoncé comme ” un des gros marqueurs sociaux de ce quinquennat”. Desmesures concernant la prise en charge à domicile et les investissements dans les Ehpad, seront également introduites dans le prochain PLFSS.

Le projet de loi bioéthique, qui intégrera l’extension de la PMA à toutes les femmes sera examiné au Parlement “fin septembre”, après une présentation en Conseil des ministre le mois prochain.
Concernant les familles monoparentales, le Premier ministre a évoqué un service unique pour trouver une crèche ou une assistante maternelle l’année prochaine et la création de 30 000 places en crèche et confirmé la possibilité de recouvrement des pensions alimentaires par les Caf en cas d’impayés, sur décision d’un juge. 
Au nom de la “justice sociale”, le Premier ministre a également annoncé des baisses d’impôt sur le revenu “des classes moyennes qui travaillent”, le taux d’imposition de la première tranche sera abaissé de 3 points. La suppression de la taxe d’habitation pour les 20% les plus aisés s’échelonnera entre 2021 et 2023.
Edouard Philippe s’est également déclaré “favorable à un nouvel acte de décentralisation”.

L’ouverture de 300 maisons France Service d’ici le 1er janvier prochain a été confirmée avec un objectif d’une par canton “d’ici la fin du quinquennat”. Enfin, sur le plan de la prévention le gouvernement va s’atteler à la lutte contre l’obésité et attend les propositions des parlementaires.


Publié dans la Lettre du 13 juin 2019
Articles récents
sed vulputate, ut justo tristique ut sit neque. ipsum