dans FAMILLE - ACTION SOCIALE - RETRAITES

Le COR, missionné en septembre dernier par le Premier ministre, devrait remettre jeudi son rapport sur l’équilibre financier du système à horizon 2030. Les grandes lignes ont été dévoilées par la presse.

Selon les dernières projections, le déficit s’établirait entre 7,9 Mds et 17,2 Mds €, soit 0,3 à 0,7 point de PIB, en 2025, date à laquelle l’entrée en vigueur du futur système universel est envisagée.

D’après Les Echos, le déficit continuerait de se creuser pour atteindre entre 8 et 27 Mds € en 2030. Le besoin de financement du régime général et du FSV atteindrait 6 Mds € en 2025, puis de 7,5 à 11 Mds en 2030. Les retraites complémentaires des salariés du privé (Agirc-Arrco) seraient proches de l’équilibre. En revanche, le besoin de financement des trois fonctions publiques augmenterait : 6,3 Mds € pour l’Etat et 6,6 Mds pour l’hospitalière et la territoriale.

Les prévisions restent proches du rapport rendu en juin, de « légers écarts » s’expliquent par la prise en compte de la sous-indexation des pensions supérieures à 2000 € en 2020, des hypothèses d’inflation plus faibles à l’horizon 2023 et de la révision à la baisse de l’objectif de suppression de postes dans la Fonction publique.

Comme demandé par le gouvernement, le COR s’est penché sur les possibles pistes d’économies en particulier l’instauration d’un « âge minimal du taux plein » ou l’augmentation de la durée d’assurance pour une retraite à taux plein.

L’existence d’un déséquilibre financier en 2025 « n’implique pas nécessairement pour tous les membres du COR que celui-ci doive être résorbé à cette échéance par des mesures d’économies », soulignent toutefois les experts.


Publié dans La Lettre du 19 novembre 2019
Articles récents

Tapez votre recherche et pressez ENTREE pour la valider

felis pulvinar ut diam efficitur. vel, accumsan leo. Lorem