dans POLITIQUE DE SANTÉ

Dans le cadre de l’inauguration de la Paris Healthcare Week, le président de la Fédération Hospitalière de France (FHF), Frédéric Valletoux a prononcé un discours sur l’état des hôpitaux publics en France. Rejetant l’hôpital “bashing” actuel, il a tenu à préciser que les établissements publics demeuraient encore une réponse crédible à la permanence des soins sur le terrain. Pour améliorer la situation, il a d’ailleurs appelé les chefs d’établissements, et les tutelles régionales par la même occasion, à faire preuve “d’audace pour innover et de volontarisme pour résister au conservatisme”.

Parmi les 22 propositions formulées par la Fédération, on notera un appel à ne pas supprimer la T2A pour plutôt créer un modèle de rémunération complémentaire laissant plus de place à la qualité et à la prévention. La FHF souhaite également que plus d’autonomie soit laissée aux acteurs de terrain (“l’’avenir est dans les territoires !”) et que l’on arrête le trop plein d’administratif et de normes bloquant les énergies de ces derniers.

Agnès Buzyn, qui a elle même prononcé un discours d’inauguration de l’événement, a tenu à rappeler que le gouvernement a beaucoup fait au cours de sa première année de mandat et compte transformer profondément notre système au travers des futures mesures dont les annonces sont attendues pour le mois de juin et qui seront inscrites dans la foulée dans le PLFSS 2019.

Articles recommandés
mi, dolor. diam massa Aenean elit. quis, mattis adipiscing