dans ASSURANCE MALADIE

Alors que la téléconsultation est remboursée par l’Assurance maladie depuis 2 ans, la Cnam avance « une pratique qui s’installe dans la durée ». Une évolution des pratiques fortement liée à la crise sanitaire.

Au premier semestre, le nombre de ces consultations à distance est passé de 40 000 par mois à 4,5 millions en avril, avant un ralentissement pour atteindre près d’un million d’actes pendant l’été. Pendant le confinement, une consultation sur quatre était réalisée par ce biais. « Si leur nombre a reculé depuis l’été, la crise de la Covid a permis une diffusion massive de cette nouvelle pratique tant auprès des médecins que des patients », souligne la Cnam. D’après la caisse nationale, plus d’un praticien sur deux y a recours et, contrairement aux idées reçues, elle concerne également les plus âgés. Un patient sur cinq y recourant a plus de 70 ans. Aujourd’hui, la téléconsultation représente 3% des rendez-vous chez le médecin.

Après un assouplissement des conditions de remboursement pendant la crise sanitaire, la prise en charge à 100% par l’Assurance maladie est étendue jusqu’à la fin de l’année, mais en respectant le parcours de soins.

Les négociations conventionnelles qui s’ouvrent aujourd’hui «auront vocation à accélérer dans un contexte où leur nécessité est manifeste, le déploiement de la téléconsultation et de la téléexpertise, dans les conditions permettant d’en assurer la qualité», avance la Cnam.

De son côté Doctolib, recense 4,6 millions de consultations vidéos sur sa plateforme depuis janvier 2019 (date de lancement du service), dont 4,5 millions au cours des six derniers mois. Les médecins généralistes représentent 69% des utilisateurs. Depuis 10 jours, une accélération est constatée «avec une hausse de 55%» par rapport à fin août.


Photo : Philippe Chagnon / Cocktail Santé
Articles recommandés

Tapez votre recherche et pressez ENTREE pour la valider

ut ut id venenatis, diam at