dans POLITIQUE DE SANTÉ

Après avoir remis sa copie au gouvernement mardi dernier, le Conseil scientifique a rendu public hier ses quatre scénarios pour la période post-confinement.

Ces différents schémas prospectifs « permettent d’établir et de proposer des mesures à prendre dans chacune de ces situations. Les mesures doivent être élaborées dès maintenant pour être opérationnelles lorsque cela sera nécessaire », soulignent les experts.

  1. Le premier scénario, celui d’une épidémie sous contrôle, est le plus favorable. La situation devra être confirmée par les indicateurs classiques et par des données supplémentaires impliquant la réalisation de 50 000 tests diagnostiques par PCR journaliers minimum. Ceci implique toutefois un maintien des mesures de lutte contre l’épidémie.
  2. La deuxième hypothèse est celle d’un ou de clusters critiques « signes d’une reprise locale de l’épidémie ». Pour les experts il s’agit d’un « scénario probable dans les semaines qui viennent compte tenu de ce qui a été constaté en Allemagne et dans certains pays d’Asie ». Dans ce cadre, ils recommandent « une réponse précoce, rapide, massive et ciblée sur une zone géographique ». Les outils de contact tracing jouent ici un rôle déterminant.
  3. Troisième possibilité identifiée : « une reprise diffuse et à bas bruit de l’épidémie ». Cette dynamique pourrait être observée à l’échelle régionale ou nationale. Le Conseil préconise dans ce cas l’activation du plan de prévention et de protection renforcée (P2R-Covid).
    Il s’articule autour de sept « composantes spécifiques » et devra être préparé avec tous les acteurs, en particulier territoriaux. Objectif : « augmenter l’efficacité des mesures prises tout en limitant l’impact social et économique de l’épidémie ». Il comprend en particulier le renforcement des mesures barrière et de distanciation et inclut un plan de protection des Ehpad et une protection renforcée par confinement volontaire des plus vulnérables.
  4. Enfin, le scénario 4 présente l’hypothèse la plus défavorable. « Le nombre de cas continue d’augmenter et on arrive au “moment critique” où, toutes les autres approches ayant échoué, les autorités doivent décider si elles souhaitent instaurer un deuxième confinement pour éviter le débordement des services de réanimation », avertit l’instance chargée de guider le gouvernement dans la gestion de la crise sanitaire.

En marge de ces scénarios, le Pr Delfraissy a indiqué ce matin que le Covid-19 circulait “à petite vitesse”. Il n’y a plus que 1 000 nouveaux cas par jour contre environ 80 000 avant le confinement. Le taux de positivité des tests (1,5%) est au plus bas.


Photo : Philippe Chagnon / Cocktail Santé
Articles recommandés

Tapez votre recherche et pressez ENTREE pour la valider

libero vulputate, ut lectus ut venenatis, dictum commodo mattis dolor velit,