dans POLITIQUE DE SANTÉ

Les syndicat médicaux (CSMF, FMF, Le Bloc, MG-France et SML) ont été auditionnés par la task force mise en place par Agnès Buzyn pour proposer des pistes d’organisation pour le futur Service d’Accès aux Soins (SAS) prévu dans le cadre du plan Urgences.

Pour l’intersyndical, la construction du futur SAS apparaît comme essentielle dans la prise en charge des soins non programmés en médecine de ville. Selon leurs estimations, le futur dispositif devrait pouvoir réorienter 80% des appels reçus vers une consultation de ville. Pour réussir cette réforme, deux conditions sont ainsi mises en avant par les syndicats.

La première est d’ouvrir des créneaux de consultation uniquement dédiés aux demandes de soins non programmés. Le SAS pourra alors orienter les patients le nécessitant vers les créneaux disponibles.
La deuxième condition de réussite est de dédier un numéro de téléphone unique, le 116 117, pour donner plus de lisibilité au dispositif.
Enfin en sus, les médecins libéraux demande à être impliqué dans une gestion paritaire du dispositif avec les pouvoirs publics.

Les premières pistes d’organisation du futur SAS sont attendues par la ministre pour le mois prochain pour une mise en place du dispositif final d’ici à l’été 2020.


Publié dans la Lettre du 22 octobre 2019 – Photo : DR
Articles recommandés

Tapez votre recherche et pressez ENTREE pour la valider

Curabitur dictum justo Aliquam Lorem elit. eget eleifend ut diam