dans ASSURANCE MALADIE

La Cnam vient de publier les dernières données de remboursement de soins du régime général, dans un contexte toujours très marqué par la crise sanitaire et les mesures mises en place pour y répondre.

Après ce constat, la caisse nationale présente une mise en perspective des évolutions en moyenne annuelle sur 2 ans, pour les périodes 2019/2020 et 2020/2021.
«Globalement, en croissance annuelle moyenne entre 2019 et 2021, les remboursements de soins de ville restent dynamiques (+7%) en raison de la forte croissance de la biologie (+49%) qui se poursuit sur le début de l’année 2021. Dans une moindre mesure, les médicaments (+5,1%), les infirmiers (+8,7%) et les indemnités journalières (IJ) connaissent aussi des dynamiques soutenues (pression épidémique élevée début 2021)», observe la Cnam. Hormis pour leurs transporteurs sanitaires, «les évolutions des autres postes sont en général revenues sur leurs dynamiques d’avant pandémie».
À fin mars dernier, les remboursements de soins du régime général évoluent de +9,2% par rapport au premier trimestre 2020 et de +8,2% sur 12 mois. Les dépenses de soins de ville ont augmenté de +13,1% sur les trois premiers mois et de +6,6% en rythme annuel. Parmi ces dernières, les soins médicaux et dentaires évoluent de +10,3% sur les trois premiers mois de l’année(-2,7% sur 12 mois).
Sur cette période, les remboursements de soins de généralistes ont progressé de +3,3%, ceux de soins spécialisés de +8,2% et ceux de soins dentaires de +24,1%.
Les remboursements de soins d’auxiliaires médicaux augmentent, quant à eux, de +12,2% (+1,8% sur 12 mois). Au sein de ce poste, les soins infirmiers s’accroissent de +14,7% (+9,8% sur 12 mois), une forte augmentation attribuée aux prélèvements des tests PCR et antigéniques ainsi qu’aux revalorisations tarifaires.
Sans surprise, les remboursements d’analyses médicales bondissent à + 123,5% (+76,9% sur 12 mois) portés par les tests. Pour les IJ, une hausse de +9,5% est observée (+24,8% sur 12 mois). «La mise en place des indemnités dérogatoires (principalement “garde enfant” et “personnes fragiles”) avait fait bondir les IJ dès le mois de mars 2020, expliquant la relative faible augmentation entre les trois premiers mois 2020 et 2021», précise la Cnam.
Pour rappel, ces chiffres sont établis à partir des données de remboursements de soins corrigées des variations saisonnières et calendaires (CVS-CJO) et ne permettent pas de suivi de l’Ondam.

Photo : Philippe Chagnon / Cocktail Santé
Articles recommandés

Tapez votre recherche et pressez ENTREE pour la valider

Assurance Maladie