dans POLITIQUE DE SANTÉ

Pour faire face au risque de pénurie de médicaments, Edouard Philippe a appelé les acteurs de la filière du médicament à se responsabiliser davantage sinon les sanctions tomberont.

Suite au rapport parlementaire et à l’étude de France Assos Santé pointant que près d’un quart des Français s’est déjà vu refuser la délivrance d’un médicament ou d’un vaccin pour cause de pénurie, les principaux responsables des laboratoires pharmaceutiques étaient convoqués hier soir à Matignon.

Le Premier Ministre a fait acte de fermeté en les appelant à se “responsabiliser” davantage et à agir plus concrètement pour résoudre ce phénomène sinon, les industriels encourent le risque de pénalités financières allant jusqu’à 30% de leur chiffre d’affaires journalier en cas de rupture de stock. En parallèle, il leur est fait obligation de constituer des stocks de sécurité de 2 à 4 mois pour les fabricants de médicaments les plus importants.

Le détail de ces mesures sera intégré dans le prochain PLFSS.


Publié dans la Lettre du 19 septembre 2019 – Photo : Frédérik Astier / Cocktail Santé
Articles recommandés

Tapez votre recherche et pressez ENTREE pour la valider

tristique neque. pulvinar at justo porta. ut dictum et, facilisis ut commodo