dans POLITIQUE DE SANTÉ

L’édition 2016 de l’étude du Leem sur l’état de la recherche clinique en France, présentée le 28 février, fait ressortir que dans un environnement compétitif, la France a des atouts mais ceux-ci sont insuffisants pour rester dans le peloton de tête mondial.

Parmi les atouts recensés :

  • Un excellent niveau académique et des infrastructures de pointe
  • Le crédit impôt recherche
  • Le fort investissement en R&D des acteurs locaux

Les principaux freins identifiés dans l’étude sont:

  • La diminution d’essais en phase précoce (phase 1 et 2)
  • L’hyper spécialisation en oncologie et onco-hématologie peut à terme être un frein quand les autres pays se diversifient
  • Les délais de mise en place des études et les délais réglementaires sont trop longs par rapport aux standards internationaux

L’occasion pour le président Patrick Errard de sensibiliser les candidats à la présidentielle à ce qu’en matière de recherche médicale, le principe de précaution ne devienne pas idéologique et à davantage respecter la valeur de l’expertise française.


Texte paru dans la Lettre ESE du 28 février 2017 (N°728) – Photo: Olivier Clément / Cocktail Santé
Articles recommandés
facilisis ante. et, sem, Donec nec consectetur
Portrait d'Edouard Couty