dans FAMILLE - ACTION SOCIALE - RETRAITES

Edouard Philippe a dévoilé hier la stratégie gouvernementale de mobilisation et de soutien aux aidants. Une feuille de route qui s’étale jusqu’en 2022.

Dès le début de l’année prochaine, l’exécutif entend déployer pas moins de 17 mesures pour apporter des réponses “concrètes” aux près de 10 millions de Français qui soutiennent un proche en perte d’autonomie. “Il nous fallait aller plus loin”. C’est par ces mots que le Premier ministre a introduit les différentes mesures du plan stratégique qui couvrent 6 axes prioritaires:

  • Rompre l’isolement des proches aidants et les soutenir au quotidien : ligne téléphonique nationale dédiée, création réseau de lieux d’accueil labellisés et d’une plateforme numérique d’information, déploiement d’offres d’accompagnement par des professionnels et des pairs.
  • Ouvrir de nouveaux droits sociaux et faciliter les démarches administratives : amélioration du périmètre du congé de proche aidant qui sera indemnisé dès octobre 2020 (cf. PLFSS 2020) et accessible dès son arrivée en entreprise sans délai de carence.
  • Concilier vie personnelle et professionnelle : assouplissement du congé et de l’allocation journalière de présence parentale, reconnaissance professionnelle de l’expérience acquise en tant que proche aidant, inscription dans la négociation obligatoire dans les entreprises du soutien aux proches aidants.
  • Accroître et diversifier les solutions de répit : lancement d’un plan national adossé à un financement supplémentaire dédié.
  • Agir pour la santé des proches aidants : lancement d’une enquête de Santé publique France, instauration d’un “réflexe proches aidants” chez les professionnels de santé, identification du proche aidant dans le DMP.
    Épauler les jeunes aidants : sensibilisation des personnels de l’Education nationale pour détecter et orienter les jeunes aidants et aménagement des rythmes d’étude pour ceux-ci.

L’enveloppe globale dédiée se monte à 400 Ms € sur 3 ans dont 105 Ms € fléchés spécifiquement sur la question du répit.

Pour s’assurer du suivi de cette feuille de route et être en capacité de proposer de nouvelles mesures, un comité de suivi présidé par Agnès Buzyn et Sophie Cluzel est installé. Il se réunira deux fois par an avec l’ensemble des parties prenantes de ce dossier.


Publié dans la Lettre du 24 octobre 2019 – Photo: Capture d’écran conférence de presse Ministère de la santé et de la solidarité.
Articles recommandés

Tapez votre recherche et pressez ENTREE pour la valider

justo id, in ut commodo luctus mi, amet, ut felis