dans SÉCURITÉ SOCIALE

Dans un courrier adressé jeudi dernier à Gérald Darmanin, le régime de retraite complémentaire des salariés du privé, demande une avance de trésorerie de 8 Mds €.

L’Agirc-Arrco se retrouve privé d’une grande partie de ses cotisations, sous l’effet de l’explosion du chômage partiel. « Il n’y a pas de problème de paiement des pensions, nous n’avons pas besoin de sécuriser leur versement », a toutefois assuré Jean-Claude Barboul, son président à l’AFP. Ajoutant que les partenaires sociaux n’ont pas choisi de souscrire de prêt bancaire ou de liquider une partie de leurs réserves financières (s’élevant à 65 Mds €) « pour aller au plus vite et au moins cher ». Une ordonnance publiée fin mars permet en effet aux régimes complémentaires obligatoires de Sécurité sociale de solliciter des prêts auprès de l’Acoss. Cette avance de 8 Mds € serait affectée aux paiements de juin et juillet.

Par ailleurs, une aide exceptionnelle d’urgence pour les salariés cotisants Agirc-Arrco confrontés à des difficultés financières liées à la crise sanitaire a été créée dans le cadre de l’action sociale. Une enveloppe globale de 200 Ms € sera allouée à ce dispositif, qui sera mis en œuvre jusqu’à fin juillet « dans un premier temps », souligne le GIE. Ce soutien sera attribué une seule fois et pourra atteindre jusqu’à 1500 €.

 

Articles recommandés

Tapez votre recherche et pressez ENTREE pour la valider

quis, porta. consequat. ut felis id non ut