dans LIBRES PROPOS & ÉDITOS

La réforme des retraites si l’on comprend bien ne serait pas le tube de l’été 2021.

On respirera un peu mieux durant un temps de repos mérité. Certains disent qu’en 2019, c’était peut-être le bon moment pour une réforme mais avec un mauvais projet. En 2021, tout du moins à l’automne prochain, ce pourrait être l’inverse. Ainsi va la France. Pas sûr qu’il faille s’attendre forcément à ce que le chef de l’État batte en retraite sur les retraites !

Suggérons avec modestie à Emmanuel Macron qu’il vaut mieux sur des sujets aussi lourds poser les enjeux de fond et la méthode qui va avec, que de précipiter les choses. Voilà plus de 30 ans que nous auscultons les chantiers de la santé et de la protection sociale en France et en Europe. Nous n’avons rarement trouvé meilleure recette pour réussir à réformer.

La crise sanitaire continue de mettre en relief des défis redoutables sur la santé, la santé mentale notamment avec un déficit d’organisation et d’accès à une prise en charge de besoins criants. Nos hôpitaux souffrent d’une inorganisation bureaucratique inefficiente inédite. Notre médecine de ville est de plus en plus à vaut l’eau. Nos industries de santé, autrefois reconnues, perdent constamment du terrain. Les minima sociaux sont par trop complexes, éparpillés et parfois inadéquats dans leur dynamique. Et que dire du dossier du Grand Âge dont on espère enfin voir la fin du tunnel. Quant au financement, c’est carrément l’horreur d’une dette sociale perpétuelle en raison de déficits assumés et peu (ou pas) traités depuis plus de 30 ans.

L’économie française souffre d’un système social qui ne fait peut-être plus modèle. Mais, le fut-il au demeurant ? La meilleure relance du pays, son économie donc, puise dans une mutation de son système social. Là, devrait être l’enjeu central de l’élection présidentielle de 2022. Pourquoi alors entretenir un débat politique sur le seuil des 64 ans, alors que les dernières données du COR démontre son peu d’utilité immédiate et que taux d’emploi des seniors français est un des plus bas  d’Europe ?
À quoi conduit une polémique sur l’âge légal si ses effets concrets aboutissent à gonfler le nombre de bénéficiaires âgés de minima sociaux ou gonfler les statistiques du nombre de chômeurs âgés ?


Illustration :  Vectorstock
Articles recommandés

Tapez votre recherche et pressez ENTREE pour la valider