dans FAMILLE - ACTION SOCIALE - RETRAITES

Le Premier ministre, Jean Castex, a présenté une série de nouvelles mesures destinées à prévenir et lutter contre la pauvreté, lors d’un déplacement à Epinay-sur-Orge (Essonne), dans un centre d’hébergement d’urgence d’Emmaüs Solidarité.

«La solidarité nationale doit continuer à jouer à plein, pour éviter une crise sociale majeure et des drames humains individuels, désastreux», a souligné le chef du gouvernement. Une rallonge de 1,8Md € s’ajoute au budget initial de la stratégie de lutte contre la pauvreté (8 Mds d’€), aux mesures prises pendant la crise (1,5 Md) et dans le cadre du plan de relance (6 Mds). Le gouvernement relève plusieurs signaux inquiétants, comme l’augmentation de près de 20 % des demandes de RSA et de 10% des dépenses, ainsi que la hausse de 6,7% des demandeurs d’emploi entre le premier et le deuxième trimestre 2020.

Comme annoncé par Emmanuel Macron, une nouvelle aide de solidarité sera attribuée automatiquement le 27 novembre, sur le modèle du premier coup de pouce versé aux familles précaires (par les Caf et les MSA) en mai dernier. Elle s’élèvera à 150 € pour les bénéficiaires du RSA et de l’ASS, avec 100 € supplémentaires par enfant auxquels seront également éligibles les foyers percevant les APL. En tout, plus de 4 millions de foyers sont concernés. Les 560 000 jeunes de moins de 25 ans non-étudiants et touchant les allocations logement et les 740 000 boursiers de l’enseignement supérieur recevront quant à eux un soutien de 150 € «fin novembre/début décembre».

Autre mesure, le service public de l’insertion et de l’emploi sera lancé l’année prochaine dans 30 territoires, en développant notamment les échanges de données entre Pôle emploi, les départements et la Caf, ainsi que la mise en réseau de ces professionnels. La lutte contre le non recours sera également intensifiée notamment par le datamining «pour cibler et contacter les allocataires potentiellement éligibles à certains droits».

Parmi les autres mesures, le lancement anticipé de la campagne hivernale (qui a débuté le 18 octobre dernier au lieu du 1er novembre), l’ouverture de 1 500 places pour héberger et réaliser un premier accompagnement social des femmes sans abri sortant de maternité avec un nourrisson, ou encore l’envoi de 52 millions de masques supplémentaires aux préfecture en vue de les distribuer aux sans-abris.

Articles recommandés

Tapez votre recherche et pressez ENTREE pour la valider

neque. suscipit Donec luctus porta. Donec diam ut sed