dans POLITIQUE DE SANTÉ

Pour sauvegarder notre système de santé, il faut inventer de nouvelles règles du jeu, changer de cap, changer de logiciel“, a déclaré Frédéric Valletoux, président de la FHF, mardi lors de sa conférence de presse de rentrée. Concernant la mise en place des Groupements hospitaliers de territoire (GHT), il a plaidé pour une “plus grande souplesse“. La fédération préconise un recentrage des autorités de tutelles (en particulier des ARS) sur leurs missions strictes de pilotage.

Tout acteur financé par de l’argent public doit prendre part aux obligations de continuité des soins les soirs et week-ends“, a avancé le représentant des hôpitaux publics. Il défend un retour de la participation des médecins libéraux à la permanence de soins (supprimée en 2002) et réitère sa proposition de supprimer la liberté d’installation des libéraux de secteur 2 en zone dense.

La fédération a également fait part de ses inquiétudes concernant l’avenir des Ehpad publics, suite à la diminution des emplois aidés. Et également dans le cadre la réforme de la tarification.

À l’approche du PLFSS, les contraintes économiques pesant sur le service public sanitaire et médico-social ont été soulignées. La FHF “sera vigilante à ce qu’aucune charge de l’assurance maladie ne bascule dans l’Ondam hospitalier“.


Crédit Photo: Philippe Chagnon / Cocktail Santé
Articles recommandés
accumsan velit, fringilla mattis ultricies leo dolor venenatis quis Praesent ut felis
généralistes salariés