dans POLITIQUE DE SANTÉ

Olivier Véran a précisé, vendredi dernier, la répartition régionale de l’enveloppe prévue pour 2021 pour les investissements du quotidien des établissements de santé, s’élevant à 650 Ms €.

Le plan gouvernemental Investir pour l’hôpital, présenté en 2019 prévoyait, une enveloppe de 150 Ms par an pour les investissements courants. Ce soutien a été mis en œuvre dès cette année. Le ministre de la Santé a ensuite annoncé une augmentation de 500 Ms dans le cadre du Ségur de la santé, pour 2021.
La répartition sera décentrée, sous la houlette des ARS. «Une première pour un tel montant investi, qui s’inscrit dans la volonté du Ségur de la santé de donner plus de marges de manœuvres aux territoires pour répondre à leurs enjeux de santé», relève le ministère.
Sur ce budget global de 650 Ms €, 150 Ms seront répartis dans une logique de péréquation. « Sont visés par ces enveloppes confiées aux ARS les départements les plus pauvres et les moins denses, souffrant d’une démographie médicale insuffisante du fait d’un manque d’attractivité », précise le ministère. Parmi les régions recevant les dotations les plus importantes : l’Île-de-France (105 Ms), l’Auvergne-Rhône-Alpes (68 Ms), ou encore l’Occitanie (67 Ms).
Ces sommes doivent permettre d’investir dans du matériel du quotidien : pousses-seringues, moniteurs, chariot d’urgences, brancards, lits, etc. Son utilisation affectée à chaque établissement se fera en «étroite concertation» avec les instances médicales des hôpitaux.
Les dotations pourront également financer des équipements nécessaires à la médecine de proximité (scanners, IRM ostéo-articulaire, endoscopes, biologie délocalisée, etc) et participer au financement de projets de santé dans des hôpitaux de proximité.


Photo : Philippe Chagnon / Cocktail Santé
Articles recommandés

Tapez votre recherche et pressez ENTREE pour la valider

eget risus id libero risus. massa consequat.