dans POLITIQUE DE SANTÉ

A l’occasion de son point presse hebdomadaire, la Fédération Hospitalière de France (FHF) a dressé un panorama global sur la mobilisation des établissements hospitaliers sur l’ensemble du territoire. Si le système «tient actuellement le coup», le pire est quand même attendu d’ici dix jours.

Le président de la fédération, Frédéric Valletoux, confirme les derniers chiffres de Santé Publique France indiquant que désormais «la pression épidémique est forte sur l’ensemble des territoires». Pour «soulager» le système, les hôpitaux mettent d’ores et déjà en place des transferts de patients soit à l’échelon régional soit dans le cadre de prise en charge transfrontalière, tout particulièrement avec l’Allemagne. Le président de la FHF se félicite aussi au passage que la coopération avec le secteur privé se passe désormais «globalement bien».

Prudence toutefois, car le pic de saturation dans les établissements est attendu d’ici une «dizaine de jours». C’est à l’orée de ce test que l’on saura si le niveau de réponse apportée face à la progression de l’épidémie, est suffisant (ou pas).

En parallèle, la FHF a réitéré sa recommandation de maintenir un confinement généralisé à l’échelon national, sans exception. Pour le président fédéral, «La règle du jeu ne doit pas être changée et doit rester lisible de tous» tant que les courbes d’infection ne s’inversent pas dans la durée.


Photo d’archive : Philippe Chagnon / Cocktail Santé
Articles recommandés

Tapez votre recherche et pressez ENTREE pour la valider

et, lectus ipsum suscipit accumsan Nullam