Carton plein pour la participation au séminaire organisé par Ese le 20 octobre sur le PLFSS 2018 

  • Christian Charpy, secrétaire général de la CCSS (Commission des comptes de la Sécurité sociale) ouvre la matinée en faisant un point précis sur les comptes de la sécurité sociale de 2017, les prévisions pour 2017 et 2018. Une contribution rigoureuse et dense. Toutefois, la question de l’excédent de recettes tirées de la CSG ” chômage ” de 1,7 % se pose, ce “boni” étant évalué à quelques 3,7 Mds € fin 2018. Bref où va aller cet argent perçu en trop sur les cotisants en 2018 ? Au budget de l’Etat dit le patron de la CCSS. A la Cnamts disent d’autres voix. On ne sait pas. Mais tout le monde valide bien le fait que la réforme de la CSG dégagera un excédent de recettes.

  • Nicolas Revel, directeur général de la Cnamts développe longuement les potentiels de l’article 35 sur les innovations en santé. Il s’agit de mettre fin aux obstacles du développement des expérimentations et innovations de terrain. Tous les acteurs et les projets seront les bienvenus. Reste à préciser le rôle des ARS en la matière, chargées de l’animation de la démarche. Ainsi que du conseil stratégique national. Sur la télémédecine, le patron de la Cnamts confirme l’ouverture des négociations avec les syndicats médicaux avec comme priorité la téléconsultation. Sur la disparition du RSI, il plaide non coupable mais s’engage à reprendre, pour l’Assurance maladie, tous les emplois des actuels organismes gestionnaires.

  • Thierry Beaudet, président de la FNMF, tout en faisant part de son intérêt pour les chantiers de l’innovation en santé, de la prévention et confirmant le souhait des mutuelles d’y participer, regrette le coût d’1 Md € du PLFSS 2018 imputé aux Ocam (forfait hospitalier, revalorisations tarifaires, ticket modérateur, etc). Par ailleurs, le dirigeant mutualiste espère une écoute plus attentive de l’Etat envers le mouvement mutualiste…

  • Duel cordial final entre Jean-Louis Touraine, vice-président LREM de la commission des Affaires sociales et Jean-Pierre Door, également vice-président LR. Le premier soutient un texte jugé audacieux notamment sur l’innovation et la prévention (hausse du prix du tabac). Le second rejette le projet de loi pour plusieurs motifs, de fond comme la réforme du RSI, la hausse de la CSG mais aussi pour des motifs de constitutionnalité.

Quelques photos de l’évènement…

Événements similaires
ut venenatis, id Lorem ut commodo efficitur. mattis Aliquam Aenean