dans PRÉVOYANCE

Alors que Thierry Beaudet vient d’être désigné président du CESE, son successeur à la présidence de la Mutualité Française sera élu par l’assemblée générale du 5 octobre prochain. Eric Chenut, vice-président de la FNMF également vice-président délégué de la MGEN et vice-président de VYV3, a officiellement annoncé sa candidature, hier.

«Ma candidature s’enracine dans un parcours de vie, dans un engagement militant et dans l’affirmation des convictions par l’action. C’est une candidature consciente que les défis qui nous attendent se préparent aujourd’hui, au plus près des territoires, par et pour tous les assureurs mutualistes, les offreurs de soins et de prévention et plus généralement les acteurs de l’économie sociale et solidaire», écrit-il dans un courrier adressé aux membres du conseil d’administration de la FNMF, aux présidents des mutuelles et des groupements adhérents ainsi qu’aux présidents des unions de la fédération.
Le vice-président de la Mutualité Française revient notamment sur le contexte de crise sanitaire et économique, s’ajoutant à la crise environnementale, dans lequel les mutuelles ont un rôle à jouer. «Afin d’être utile à tous et à chacun, il est nécessaire que la solidarité et l’égalité soient au cœur des pactes intergénérationnels que nous devons contribuer à réinventer, du “pacte du pouvoir de vivre” au pacte mutualiste». Il rappelle la forte adaptation et la mobilisation des mutuelles et des mutualistes, notamment via les SSAM. Et d’ajouter : «nous aurons à réaffirmer la modernité de notre modèle. Face à une économie qui cherche à nouveau du sens et du souffle et à côté d’un Etat questionné, le modèle et le mode d’entreprendre mutualistes, sont plus que jamais modernes et d’avenir».
Cette candidature s’inscrit également dans la perspective de la prochaine présidentielle. «Si la fierté de ce que nous sommes constitue un socle indéfectible de mobilisation, il reste bien des questions auxquelles nous devrons collectivement répondre pour nous présenter unis aux rendez-vous et mener les combats pour conforter les entreprises et le mouvement mutualistes comme acteurs de la complémentaire santé, comme assureur ou offreur de soins, comme acteurs sociaux alors même que les échéances électorales de 2022 se profilent», observe ainsi Eric Chenut.
Le vice-président délégué de la MGEN défend «une démarche itérative et collective» et appelle les mutualistes à «Agir ensemble !»«Si on incarne intuitu personae la fonction de président, on ne peut assurer seul la mission. Je la souhaite collégiale, avec des instances incarnant la diversité de nos différents groupements, confortées par une Direction Générale et une équipe permanente pleinement associée» explique-t-il, ajoutant «C’est aussi une exigence due à mon handicap, une cécité totale depuis l’âge de 23 ans».
Eric Chenut est militant mutualiste depuis plus de 25 ans. Son parcours a débuté au sein de la mutualité étudiante (il dirigea la LMDE jusqu’en 2001), avant de se poursuivre à la MGEN (il est administrateur depuis 2003) et au sein du Groupe VYV.
Articles recommandés

Tapez votre recherche et pressez ENTREE pour la valider