dans PRÉVOYANCE

Le fil conducteur de notre plan Magellan est de développer la mutuelle »

La Mgéfi (Mutuelle générale de l’économie, des finances et de l’industrie) tenait son assemblée générale le 29 juin dernier, en distanciel. L’occasion d’un retour sur les sujets d’actualité et les projets de la mutuelle avec son directeur général, Christian Pasquetti.

Quels sont vos résultats pour l’année 2020, dans un contexte très marqué par la crise sanitaire ?

L’année 2020 est une année atypique. Notre chiffre d’affaires a augmenté de 2,5%, les cotisations représentent 228 Ms € en santé et 20,6 Ms € en perte de revenus. A plus de 12,5 Ms €, notre résultat net est exceptionnel, sous l’effet d’une contraction des charges de prestations ainsi que des frais de gestion. Nous avons réduit les frais généraux de plus de 1,2 Ms €, et maintenons un ratio frais de gestion/cotisations en santé individuelle très compétitif de 12,69%. Cette diminution résulte à la fois d’un « effet covid » qui a mécaniquement réduit les déplacements notamment et des économies liées au plan Calipso, que nous poursuivons sur différents postes dans le cadre de nos opérations de dématérialisation, de renégociation de contrats, etc. La contribution Covid de la Mgéfi atteint 9Ms € pour 2020 et 2021.

Concernant un éventuel report des prestations sur 2021, nous constatons des rebonds très significatifs sur certains postes comme le dentaire. Mais pour l’instant, l’année en cours se profile à l’image de 2019, avec une variation à la hausse.

La crise sanitaire a-t-elle eu un impact sur votre nouveau projet stratégique, Magellan ?

Notre projet stratégique a été validé en assemblée générale en octobre dernier, nous l’avions travaillé tout au long de l’année 2020. Nous avons commencé les travaux de mise en œuvre sur ce premier semestre 2021. Le fil conducteur de notre plan Magellan est de développer la mutuelle, en termes d’activité et de populations couvertes. Notre premier axe porte sur l’individuel. Nous réfléchissons à une offre pour aborder le segment des jeunes seniors, une population en croissance et complémentaire de nos fonctionnaires retraités…

Sur le collectif, notre volonté est d’intensifier le développement sur les établissements publics affinitaires, rattachés directement ou indirectement aux Ministères Economiques et Financiers. Et nous avons engagé  des réflexions au sein du Groupe VYV autour du collectif sur des petites branches, notamment les professions réglementées en lien avec nos métiers régaliens.

Concernant les volets management et organisation, les cartes ont-elles été rebattues sous l’effet de la crise?

Le plan Magellan comporte un volet RH qui s’est révélé très pertinent dans le cadre de la crise de la Covid. Pendant la crise sanitaire, nous avons initié un volet du projet d’entreprise intitulé « Travailler demain à la Mgéfi ». Cette démarche s’intègre au sein de Magellan, et a été déroulée sur les six derniers mois. Nous avons réfléchi à de nouveaux modes de travail ainsi qu’au management, en définissant de bonnes pratiques et une harmonisation du pilotage des activités. Nous avons aussi profité de cette période pour bâtir un accord sur le télétravail, en prenant la pleine mesure de la crise mais sans céder à une pression court-termiste. Il privilégie l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée, mais aussi la performance collective. Cet accord est ciselé à la maille de chacune des activités, et nos collaborateurs pourront télétravailler jusqu’à 2 jours par semaine. Les activités non éligibles nécessitant obligatoirement une présence physique permanente (moyens généraux, courrier, gestion électronique des documents, …) représentent environ 5% des effectifs.

Comment la Mgéfi aborde-t-elle la réforme de la PSC ?

Depuis le mois de février nous travaillons avec nos élus sur la compréhension de cette réforme et ses évolutions, au sein d’une task-force.

En tant que mutuelle de la MFP, nous contribuons à ses travaux pour que les échanges avec l’administration et les pouvoirs publics soient les plus pertinents possibles, en apportant notamment des éclairages techniques. Au sein du Groupe VYV, des travaux sont conduits au sein de chaque entité et une coordination au niveau du groupe s’est également mise en place. Nous avons engagé des discussions pour voir comment nous pourrons saisir des opportunités. Avec MNT, Mgéfi, MGEN et Harmonie Fonction Publique, le Groupe VYV représente un poids certain dans le secteur de la fonction publique.

Où en est la progression du travail collectif conduit au sein du Groupe VYV ?

Une étape majeure a été franchie avec le changement de gouvernance. Nous travaillons à une refonte du projet stratégique, à un horizon fin 2021. Beaucoup de travaux ont été conduits en 2020, notamment sur les moments de vie aidants-aidés ou sur les projets que je coordonne sur la mutualisation dans les systèmes d’information. Nous avons commencé à marquer des points dans la massification des achats, la définition de trajectoires communes sur certains sujets informatiques.

D’autres actualités ou projets pour la Mgéfi ?

Notre assemblée générale a fait le choix d’améliorer les prestations pharmacie des adhérents. Depuis le 1er juillet, tous les médicaments remboursables par l’Assurance Maladie sont désormais pris en charge à 100% pour les niveaux d’entrée de gamme (garantie Maitri) et intermédiaire (garantie Vita, couvrant la majorité de nos adhérents). Jusqu’ici, seules certaines vignettes étaient intégralement remboursées.

Par ailleurs, nous allons changer de système de gestion avec la mise en production de Coog de l’éditeur Coopengo avant la fin de l’année, qui correspond beaucoup plus aux nouveaux standards sur le plan technologique. Grâce au couplage avec Salesforce, notre système d’information sera particulièrement en pointe.


Photos d’archives : Philippe Chagnon / Cocktail Santé
Articles recommandés

Tapez votre recherche et pressez ENTREE pour la valider