dans SÉCURITÉ SOCIALE

Le déficit de la Sécurité sociale plongerait à 52 Mds d’€ cette année, selon la Commission des comptes de la Sécurité sociale, dont le dernier rapport a été publié hier. L’instance d’experts souligne que ces prévisions ont « été construites avec des marges d’incertitude très supérieures à celles habituellement rencontrées à mi- année ».

Cet effondrement est sans précédent après un solde de -1,9 Md € en 2019. Pour rappel, la LFSS 2020 tablait sur un solde de -5,4 Mds €, dont -4,1 Mds pour le régime général et -1,4 Md pour le FSV.

Toutes les branche sont concernées, la maladie en premier lieu.

Elle connaîtrait ainsi la « dégradation la plus spectaculaire » à -31,1 Mds €, « atteignant à elle-seule un niveau de déficit comparable à celui de l’ensemble de la sécurité sociale après la crise financière de 2008-2009 ». Le dépassement de l’Ondam est ainsi estimé à 8 Mds €. Le taux de progression serait de +6,5 %, contre les +2,45 % prévus par la LFSS 2020. Cette progression résulterait des 12 Mds € de mesures exceptionnelles adoptées pour faire face à la crise, compensés partiellement par « une diminution nette des remboursements de soins de ville à hauteur de 4 Mds € ».
Parmi les surcoûts : 4,5 Mds d’€ d’achats de masques chirurgicaux via Santé publique France, 3,8 Mds € de financements supplémentaires pour les établissements sanitaires et médico-sociaux (dotation complémentaire, primes d’indemnisation, …), 2 Mds € pour la prise en charge des arrêts de travail (malades, garde d’enfants, personnes fragiles), auxquels s’ajoutent 1,7 Md € de frais liés à d’autres dépenses exceptionnelles (test diagnostic dans les laboratoires en ville, prise en charge à 100% de la téléconsultation, etc.)

Les trois autres branches seraient aussi concernées par cette dégringolade.

Côté retraite : -14,9 Mds, « sous l’effet d’une chute des recettes » de -6,9 % et d’une accélération des dépenses de +3 % (après une revalorisation plus importante au 1er janvier dernier pour les pensions supérieures à 2000 €).

Pour la branche famille, un déficit élevé reviendrait après deux années d’excédent. Le solde passerait ainsi de + 1,5 Md € en 2019 à – 3,1 Mds €. Cette dégradation s’expliquerait principalement par une baisse des recettes de -4,8 Mds €, alors que les dépenses diminueraient légèrement de -0,2 Md €.

Les AT-MP seraient également dans le rouge à -0,7 Md €, « pour la première fois depuis 2012 ». Ce recul s’expliquerait par la baisse des produits nets de 11,4 %, essentiellement due à l’impact de la crise sur l’assiette des cotisations. En revanche, l’effet serait plus limité sur les dépenses de la branche « qui progresseraient modérément » (+1,8 %).

Enfin, le déficit du FSV se creuserait à -2,1 Mds €, également sous l’effet d’un « fort repli des recettes ».


Tableau: Commission des comptes de la Sécurité sociale
Articles recommandés

Tapez votre recherche et pressez ENTREE pour la valider

venenatis, odio elit. fringilla tempus ipsum dictum ut