dans POLITIQUE DE SANTÉ

Dans un contexte de crise sanitaire persistante, l’arrêté tarifaire pour la campagne budgétaire 2021 a finalement été publié hier. Olivier Véran annonce une hausse inédite des tarifs hospitaliers de 8 Mds € par rapport à 2020.

Pour mettre en œuvre les engagements pris lors du Ségur, le ministre de la Santé, confirme que les tarifs des établissements pour 2021 «augmenteront de manière inégalée depuis la mise en place de la T2A : + 7,5% en moyenne pour les hôpitaux publics et privés à but non lucratif et + 6,4% pour les cliniques privées à but lucratif».
Cette évolution s’inscrit dans le cadre de la LFSS 2021, qui prévoit une progression des ressources allouées à 92,9 Mds d’€, soit 8 Mds de plus qu’en 2020. Outre cette hausse des tarifs, une augmentation des enveloppes de dotations finançant les missions d’intérêt général (MIG) est également prévue.
Pour la psychiatrie et les SSR, «les mesures de revalorisation salariale des personnels hospitaliers feront l’objet d’une délégation de crédits dans le cadre de la première circulaire budgétaire pour 2021, afin de les intégrer aux nouveaux modèles de financement dont l’entrée en vigueur est prévue en 2022», précise le ministère.
Outre les mesures du Ségur, l’arrêté intègre les engagements du protocole de pluri-annualité avec les acteurs hospitaliers, fixant pour 2020-22 les évolutions des ressources des établissements de santé. En moyenne, les tarifs de séjours progresseront a minima de 0,2% sur le champ MCO (médecine chirurgie obstétrique) et de 1,5% en HAD (hospitalisation à domicile) jusqu’à la fin de la période. Pour l’année en cours, les SSR et la psychiatrie, connaîtront des progressions respectives de 2% et 2,2%. En psychiatrie, la DAF connaitra une progression de 2,8%, avant prise en compte des mesures du Ségur.
Par ailleurs, en raison du contexte sanitaire, la garantie de financement mise en place l’année dernière sera prolongée pour le premier semestre. Des crédits supplémentaires sont aussi alloués pour accompagner les dépenses exceptionnelles des établissements de santé (dépistage, vaccination, financement des équipements médicaux permettant de renforcer les capacités en réanimation).

Photo : Philippe Chagnon / Cocktail Santé
Articles recommandés

Tapez votre recherche et pressez ENTREE pour la valider