dans POLITIQUE DE SANTÉ

Les professionnels de santé libéraux réunis à travers le CNPS, la FFPS et la FHP, ont réuni une web-cellule de crise hier midi « afin de faire le point sur la distribution des masques annoncées lundi soir par le président de la République ». Ils pointent « un rationnement (…) dont l’exécution est transférée aux pharmaciens d’officine ».

Comme prévu, les masques provenant du stock de l’Etat ont été acheminés dès mardi soir dans les pharmacies des 25 départements les plus touchés, puis à partir d’hier dans le reste du territoire. « Toutefois les quantités annoncées ne sont pas au rendez-vous », déplorent les trois organisations.

Dans une lettre réseau, la Cnam encadre les quantités et décrit les conditions de distribution aux professionnels de santé. Dans les zones prioritaires, la quantité est fixée à 18 par semaine pour les médecins généralistes et infirmiers en soins généraux, pharmaciens, médecins spécialistes ; 9 pour les structures de services d’aide et de soins à domicile assurant les visites prioritaires ; 6 pour les masseurs-kinésithérapeutes et les sages-femmes ; 1 boite pour les prestataires de services et distributeurs de matériel. Concernant les chirurgiens-dentistes, une officine sera prochainement désignée dans chaque département pour délivrer des masques et permettre d’assurer les soins les plus urgents.
Dans le reste du territoire, les règles sont les mêmes pour les médecins généralistes, infirmiers et pharmaciens. Aucune distribution à d’autres professionnels n’est prévue hors « zones d’exposition à risques ».
Le courrier de la Cnam précise également le rôle du pharmacien. Outre la délivrance des masques, il doit assurer un suivi des quantités remises en complétant un document unique de traçabilité.


Photo : Jeanne Frank / Cocktail Santé
Articles recommandés

Tapez votre recherche et pressez ENTREE pour la valider

ut odio justo Aenean dolor Phasellus suscipit pulvinar velit,