dans POLITIQUE DE SANTÉ

Après les deux attaques informatiques subies par l’hôpital de Dax et celui de Villefranche-sur-Saône, Emmanuel Macron s’est entretenu jeudi dernier avec les équipes et a présenté la stratégie nationale en matière de cybersécurité.

Concernant spécifiquement les hôpitaux, le chef de l’Etat a annoncé une augmentation des budgets de 350 Ms €, issus des 2 Mds € du Ségur de la santé. Les besoins pourront être réévalués chaque année. En 2020, 11% des victimes accompagnées par l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (Anssi) étaient des établissements de santé publics ou privés.

Le président de la République a notamment annoncé la création d’un «observatoire permanent du niveau de sécurité des établissements de santé». Cette instance sera chargée de «coordonner le travail, surveiller les vulnérabilités et mutualiser les expériences acquises». Il a également avancé la «montée en puissance du service national de cybersurveillance en santé» porté l’Agence du numérique en santé. Ce dernier pourra appuyer les différentes structures pour détecter leurs vulnérabilités «en coordination avec l’Anssi». Les établissements de santé sont par ailleurs appelés à «consacrer systématiquement 5 à 10% du budget» à la cybersécurité pour chaque programme mis en place.

Plus largement, la stratégie présentée par Emmanuel Macron est dotée de 1 Md € financés par le Plan de relance et le Programme Investissements d’avenir. Quelque 136 Ms pilotés par l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (Anssi) seront par ailleurs «destinés à la cybersécurisation des territoires», dont 25 Ms pour les établissements de santé et 60 pour les collectivités.
La Fédération hospitalière de France (FHF) a salué cette annonce et «attend des réponses concrètes déployées à court terme face aux risques identifiés».

Photo : Luc Seba / Cocktail Santé
Articles recommandés

Tapez votre recherche et pressez ENTREE pour la valider

libero. Praesent quis, mattis diam quis