dans POLITIQUE DE SANTÉ

L’année dernière, la consommation de soins et de biens médicaux (CSBM) a atteint 208 Mds d’€ (+2,1%), selon la dernière édition des Comptes de la santé, publiée ce matin par la Drees. Elle présente 8,6% du PIB et s’élève à une moyenne de 3 102 € par habitant.

Le regain de dynamisme s’explique par la hausse des soins hospitaliers : +2,4%, après +1,1% en 2018 et +1,6% en 2017. Ils atteignent 97,1 Mds €, les soins de ville 56,5 Mds €, les médicaments en ville 32,6 Mds d’€, les autres biens médicaux 16,8 Mds € (Optique, orthèses, prothèses, etc), et les transports sanitaires 5,1 Mds €.

La Sécurité sociale assume la majeure partie de la CSBM à 162,7 Mds € (78,2%), les complémentaires santé y contribuent à hauteur de 27,9 Mds (13,4%). Et le reste à charge des ménages atteint 14,3 Mds, ou 213 € par habitant, soit 6,9 % de la CSBM en léger recul par rapport à 2018 (7,1%).

La prise en charge de la «Sécu» augmente de +0,2 point par rapport à 2018. «Cette hausse s’explique notamment par la forte progression des effectifs de personnes exonérées de ticket modérateur au titre des ALD (+2,6% par an en moyenne entre 2012 et 2018», écrit la Drees. Cette tendance s’explique à la fois par le vieillissement de la population et par la plus forte prévalence de ces affections à âge donné. Par ailleurs, le taux de prise en charge reste très variable selon les postes de dépenses. Il est de 91,6% pour les soins hospitaliers (89 Mds €) , 66% pour les soins de ville (37,3 Mds), 74,3% pour les médicaments en ville (24,2 Mds), et 44,6% pour les autres biens médicaux (7,5 Mds).

La part de la CSBM assumée par les Ocam reste stable. Ils demeurent très présents sur l’optique et le dentaire, concernés par la réforme du «100% santé» (avec l’audiologie). Les complémentaires financent ainsi 40,3% (soit 4,7 Mds €) des soins dentaires. Le repli de 1,6 point sur un an est lié à une baisse des prestations de 1,4%, qui «pourrait s’expliquer par le plafonnement du prix de certains actes prothétiques mis en œuvre dès avril 2019». Autre effet de la réforme : «une possible baisse du non-recours».
En optique, les prestations des Ocam augmentent de +3,4%, à 4,9 Mds € (l’offre sans reste à charge s’applique à partir de 2020 pour les lunettes). La part versée pour ce poste atteint 72,7%. «En audiologie la réforme du “100% santé” stimulerait la participation des OC au poste des prothèses, orthèses, etc», relève la Drees. Une hausse de +8,5% est ainsi observée en 2019.

Enfin le reste à charge des ménages se concentre principalement sur l’optique et le dentaire. Ils financent respectivement 22,6% et 21,1% de ces dépenses.


Photo : Frédérik Astier / Cocktail Santé
Articles recommandés

Tapez votre recherche et pressez ENTREE pour la valider

Donec risus. elit. eget venenatis, et, vulputate, Phasellus fringilla