dans FAMILLE - ACTION SOCIALE - RETRAITES

Isabelle Sancerni et Vincent Mazauric, présidente et DG de la Cnaf, sont revenus sur la nouvelle COG (2018-2022), mardi dernier devant l’Ajis (Association des journalistes de l’information sociale).

À propos de l’accès aux droits, le directeur général a souligné le besoin d’alléger les formalités. « Un des grands enjeux pour le RSA et la prime d’activité est de parvenir à dispenser au maximum de déclarer les ressources » a-t-il notamment déclaré.

Source de simplification (et de lutte contre les indus), la base ressource mensuelle (BRM) est en cours de construction avec d’autres branches de la sécurité sociale, dans le cadre de la réforme des aides au logement (AL). À terme, elle intégrera l’ensemble des revenus perçus (activité + prestations).

La COG prévoit également la création d’un fichier national des allocataires (aujourd’hui chaque caisse dispose de sa propre base) et l’outil de gestion Cristal devra être modernisé. La rénovation du middle-office est aussi en cours.

L’informatique s’avère essentiel alors qu’une baisse de 5% par an des frais de gestion et 2 100 ETP en moins sont prévus d’ici 2022. Isabelle Sancerni anticipe des difficultés avec la mise en place du nouveau mode de calcul pour les AL (13 millions de personnes couvertes), en avril prochain. « Beaucoup d’allocataires vont se rendre dans les accueils des CAF, cela va être compliqué à gérer », alerte-t-elle.

La présidente de la caisse nationale est également revenue sur la répartition des 600 Ms € de progression du FNAS sur 5 ans (+2%) : +425 Ms à la petite enfance, +75Ms à la jeunesse, et +100 Ms au soutien de la parentalité et à l’animation de la vie sociale.

 


Publié dans la Lettre n°981 du 6 septembre 2018 – Crédit photo: P. Chagnon/ Cocktail Santé

 

Articles recommandés

Tapez votre recherche et pressez ENTREE pour la valider

quis nec suscipit elit. libero ut risus