dans POLITIQUE DE SANTÉ

Pour lutter contre les déserts médicaux, le conseil départemental de Saône-et-Loire va recruter 30 omnipraticiens dès septembre. Ils seront donc salariés par le département, sur la base de 35 heures hebdomadaire pour une rémunération nette d’environ 5 000 € par mois.

Ce projet est inédit, alors que différentes solutions ont été expérimentées sans succès dans cette zone où la densité atteint 110,4 médecins pour 100 000 habitants (contre 132,1 de moyenne nationale). Les professionnels de santé seront déchargés des contraintes administratives et répartis sur une dizaine de sites du département.

Décryptage :

 Une situation d’une absurdité complète, à rebours des évidences. Le conseil général de Saône-et-Loire, présidé par le Républicain André Accary, ne supportant pas la situation de désert médical sort de son périmètre traditionnel d’intervention et va créer lui-même des postes de fonctionnaires pour recruter des médecins généralistes. Ce, après accord de l’ARS, de l’Assurance Maladie et des acteurs libéraux locaux.

Mais ne serait-ce pas plutôt au ministère de la Santé et à l’Assurance maladie de faire preuve d’initiatives et de mettre en place des solutions plus efficaces ?


Publié dans la Lettre 783 du 22 juin 2017 – Photo d’illustration: Philippe Chagnon / Cocktail Santé

Articles recommandés

Tapez votre recherche et pressez ENTREE pour la valider