dans ASSURANCE MALADIE

La version 2019 du rapport Charges et Produits de l’Assurance Maladie a été présentée ce matin au CA de la Caisse Nationale. Cette présentation donne le coup d’envoi officieux du processus d’élaboration du futur PLFSS.

A l’instar du cru 2018, la présentation du document est articulée autour de trois axes : une première partie diagnostic présentant une cartographie détaillée des dépenses de santé de l’exercice 2016, une seconde autour des propositions d’économies dans le cadre de l’élaboration de l’Ondam et enfin une troisième et dernière partie sur les propositions de dispositifs complémentaires pour accroitre l’efficacité et l’efficience du système de soins à court et moyen terme.

Sur la partie « dépenses » de l’exercice 2016, on relèvera deux choses. D’abord une hausse de 4 Mds € des frais des frais médicaux pris en charge par l’ensemble des régimes maladie par rapport à 2015 (162 Mds € en 2016 contre 158 Mds € en 2015). Les dépenses liées aux hospitalisations ponctuelles demeurent de loin le premier poste avec un coût global de près 31 Mds € uniquement pour la part Cnam. L’autre enseignement, transverse à l’ensemble des données présentées dans ce document, est l’utilisation croissante des données de santé issues du SNDS proposant une grille de lecture plus détaillée notamment pour le suivi des prises en charge des pathologies lourdes (cancer, diabète, pathologies psychiatriques, …).

Le volet « économie » s’inscrit dans la lignée du cru de l’an dernier avec une projection d’économies attendues pour 2019 aux alentours de 2 Mds € (environ 60M € en plus que celles prévues pour 2018). Les principaux efforts attendus portent sur l’accélération du développement de la chirurgie ambulatoire (200M € d’économies attendues), sur la maitrise de la prescription médicamenteuse (280M €) et enfin sur la lutte contre la fraude et les abus (220M €). A noter que ces projections n’incluent ni une éventuelle évolution du prix des médicaments remboursées ni un éventuel déremboursement des médicaments homéopathiques ou de ceux luttant contre la maladie d’Alzheimer.

Enfin, l’Assurance Maladie formule également plusieurs propositions complémentaires pour renforcer la qualité et l’efficience du système de soins autour de 5 thématiques : la santé mentale, la pertinence des soins, les nouveaux modes de paiement, la prévention et la e-santé.

Sur le poste « santé mentale » (pesant environ 15% des dépenses des régimes maladie en 2016), l’Assurance Maladie préconise de revoir les modes de prise en charge notamment en matière de pertinence de prescription médicamenteuse et de lancer des campagnes de prévention pour mieux accompagner les assurés en proie à des troubles mentaux susceptibles d’avoir un facteur risque plus élevé. Sur la pertinence des soins, un effort va être porté sur la qualité et la sécurisation des prises en charge en soins primaire via une proposition d’un financement incluant des critères de qualité (notamment en chirurgie du cancer du sein et des ovaires) et d’une plus large diffusion des innovations thérapeutiques. Sur la partie « nouveaux modes de paiement », les premières expérimentations issues de l’article 51 de la LFSS 2018 sont attendues pour cette année. Sur la thématique de la prévention, l’Assurance Maladie profitera de l’intégration du régime étudiant pour lancer début 2019 un vaste programme d’actions ciblées. Enfin sur la thématique de la « e-santé », la fin d’année marquera le début de la montée en charge des dispositifs de télémédecine, de relance du DMP et du déploiement de la e-prescription.

Télécharger le document

 

A noter que dans le numéro 1135 d’ESE, vous pourrez retrouver un grand entretien avec Nicolas Revel, DG de la Cnam.

 

Articles recommandés

Tapez votre recherche et pressez ENTREE pour la valider

sit vel, Sed sem, eget id ut elementum porta. neque. consequat. pulvinar