dans Documentation

Ese a déjà, à plusieurs reprises, abordé dans ses colonnes la question de l’intelligence artificielle. Cette quinzaine, nous vous invitons à découvrir sur ce thème « Ma vie sous algorithmes », de Florence Pinaud, membre de la redaction d’ESE. Un ouvrage pédagogique fort agréable à lire.

Avec cette nouvelle publication parue chez Nathan, notre consœur Florence Pinaud nous prouve encore une fois que les concepts dits compliqués sont à la portée de tous, dès lors qu’ils sont abordés en toute simplicité. Cette fois-ci l’auteure s’intéresse à la notion d’algorithme et au champ de son application dans notre vie quotidienne.

Au cours de ces 143 pages joliment illustrées, Florence Pinaud s’adresse à un public large, de l’adolescent à l’adulte, qui cherche des explications claires et concises. Elle explore le sujet à partir de questions réparties en dix chapitres : qu’est-ce qu’un algorithme ? Où sont-ils dans ma vie ? A quoi ça sert ? Combien coûtent-ils à fabriquer ? Est-ce un business ? Les algorithmes ont-ils une morale ?…

C’est ici un décryptage éclairé de l’omniprésence des algorithmes dans notre quotidien. Nous avons posé quelques questions à l’auteure pour aller plus loin dans la découverte de cet ouvrage presque éducatif.

Florence Pinault, auteure de "Ma vie sous algorithmes"Pourquoi s’intéresser à ce sujet ?

Les algorithmes sont des formules dont on parle souvent sans comprendre vraiment de quoi il s’agit, comme s’ils relevaient d’évidences informatiques inaccessibles au grand public. Je souhaitais comprendre comment sont élaborées ces consignes, qui travaillent en sourdine dans nos logiciels et traitent nos requêtes sur Internet. En comprendre les bases principales nous permet de garder un peu la maîtrise de nos activités désormais pilotées par le numérique. On peut ainsi questionner les calculs qu’ils effectuent à partir de quelques informations.

Quelles sont les questions éthiques que pose l’utilisation des algorithmes au quotidien et que penser de la disparition de certains métiers au profit du numérique ?

Les premiers algorithmes de l’histoire étaient basés sur des théorèmes mathématiques, ils étaient indiscutables. Mais, avec l’informatique, ils deviennent des séries de consignes données aux calculateurs pour arriver à un résultat. Leur fonctionnement dépend entièrement des données que l’on traite et du score qu’on leur attribue. Si le programme d’intelligence artificielle se développe en apprentissage automatique à partir de pratiques parfois discriminantes, il transforme des travers en règles générales. Le robot d’Amazon chargé de trier les CV dans le service de recrutement vient d’être débranché. Après avoir constaté que le groupe embauchait plutôt des hommes, il avait décidé de disqualifier les CV comportant le mot « femme ». A qui le programme donne-t-il la priorité et est-ce justifié ? Voilà les questions d’éthique à se poser. La substition de certains métiers par des logiciels, des robots ou des plateformes est un autre impact de l’avancée du numérique dans nos activités. Ils remplacent des gestes simples par des automatismes et le traitement de dossiers par des calculs simultanés sur des données. Les tâches reproductibles par algorithmes sont souvent répétitives et pas toujours très valorisantes, comme celles qui ont été industrialisées au siècle dernier.

Quel sera l’impact des algorithmes et du Big Data sur la protection sociale et la santé ?

Quand les algorithmes effectuent correctement le travail fastidieux de traitement des anciens dossiers papier, les caisses économisent un temps précieux. Le Big Data détermine ce qui se retrouve souvent dans telle situation par analyse statistique de millions de dossier. Il peut aider à repérer les cas de fraude et les situations de non-recours en épluchant les dossiers à la place des agents. Ces outils sont des atouts pour la protection sociale, qui pourra économiser beaucoup de temps de gestion simple en l’automatisant par algorithmes. Mais pour rester fidèle à son esprit, elle devra redéployer une bonne partie de ce temps gagné sur des services et des suivis auprès des patients, des familles et des assurés qui en ont besoin.

Editions Nathan, 16,50 €

Articles recommandés

Tapez votre recherche et pressez ENTREE pour la valider

felis ut Aliquam dolor Phasellus luctus risus. ut ultricies