dans FAMILLE - ACTION SOCIALE

Les orientations stratégiques de la branche famille dévoilent les priorités d’un service public moderne en prise avec les évolutions de la société.

Depuis un an, les présidents, administrateurs et directeurs des Caf travaillent à la définition de la « Caf du futur ». L’objectif : anticiper les mutations sociétales pour mieux y répondre

Leur texte décline les grandes évolutions autour de quatre rôles essentiels : opérateur, régulateur, investisseur social et évaluateur.

  • Opérateur

Que ce soit sur la mise en œuvre de nouvelles aides ou sur la modernisation des procédures, les Caf ont accumulé une belle expérience. « Nous devons nous adapter aux attentes d’une société habituée au 7jours/7 et au 24H/24 tout en continuant de recevoir et d’accompagner ceux qui sont moins à l’aise avec les procédures informatiques, souligne Jean-Louis Deroussen, président du CA de la Cnaf. L’inter opérabilité va nous permettre de récupérer les informations de nos allocataires auprès d’autres organismes et nous voulons promouvoir la transparence avec les rendez-vous des droits. » Depuis le début de la Cog, les transformations pour la maitrise des coût et la qualité de service n’ont pas manquées, parfois totalement silencieuses mais aussi porteuses d’inquiétudes et de tensions locales. Aujourd’hui, une pièce sur deux est en format dématérialisé. Le nouveau modèle de production a vocation à être généralisé à l’ensemble des prestations avec des simulateurs, des télé-procédures, des liquidations automatiques et la récupération de données auprès des tiers (allocations chômages, indemnités journalière et bientôt revenus, avec la DSN).

  • Régulateur

La régulation consiste à adapter les services aux besoins, dans le respect de l’esprit du service public pour l’égalité territoriale. Avec sa forte implantation locale le réseau des Caf détecte les besoins en fonction des territoires. Le mouvement de régulation se base notamment sur les schémas départementaux réunissant différents opérateurs et les conventions territoriales globales avec les métropoles et les intercommunalités. Objectif : vérifier que l’offre de service est suffisante aux besoins. « La branche joue aussi un rôle d’intermédiation en permettant aux allocataires de trouver une place de crèche ou une assistante maternelle avec monenfant.fr, ajoute Daniel Lenoir, directeur de la Cnaf. Nous multiplions les hackathons et les Dojos pour développer des services dans le mouvement de l’économie numérique, mais en évitant les phénomènes du type ubérisation pour garantir une logique de service public, avec des offres fiables dans le respect des normes. »

  • Investisseur social

Pour dépasser son image distributive et accusée d’assister sans compter, la branche développe son rôle d’investisseur social. « Une place de crèche peut favoriser la socialisation d’un jeune enfant aux parents isolés et améliorer son accès à la culture, souligne Jean-Louis Deroussen. Il pourra aussi développer sa curiosité et son goût d’apprendre grâce aux loisirs périscolaires. Nous avons augmenté les investissements pour la jeunesse, un secteur dans lequel nous n’étions pas assez mobilisés et dont l’actualité nous prouve l’importance. » En développant les actions parentalité et son partenariat avec les centres sociaux, le réseau mise sur les capacités collectives et étend l’intervention parentalité aux âges de l’adolescence avec un double objectif : investir dans les capacités des parents à éduquer et celles des jeunes à devenir autonomes et développer des projets.

  • Evaluation

Dans la ligne de cette notion d’investissement, la branche famille développe l’évaluation Une évaluation des besoins et des projets, basée sur son expertise de mise en œuvre des réformes et des nouvelles prestations, « Nous menons des réflexions approfondie sur comment maitriser les dépense sociale mais aussi augmenter le rendement de ces investissements », précise Daniel Lenoir. Selon le directeur de la Cnaf, l’évaluation a tout à gagner avec l’expérimentation qui permet d’ajuster le tir avant la généralisation. La branche travaille aussi à créer un site Internet Open data avec les données publiques de la branche.

Avec ces orientations stratégiques, la branche famille compte bien être sollicitée en experte pour la mise en œuvre de la politique familiale du prochain gouvernement.


Article paru dans le n° 1108  –  Crédit Photo: Philippe Chagnon / Cocktail Santé
Articles recommandés

Tapez votre recherche et pressez ENTREE pour la valider