dans FAMILLE - ACTION SOCIALE - RETRAITES

Le conseil de la CNSA, réuni le 18 avril 2019, a adopté, à l’unanimité, sa contribution à la réforme autonomie et grand âge.

Les orientations de ce texte avaient été adoptées le 4 décembre dernier.
Ce scénario repose sur le principe commun d’ “affirmation de la pleine et entière citoyenneté de la personne”. Il se traduit par “l’émergence d’une affirmation structurante : le droit à vivre chez soi”.
La CNSA plaide pour une transversalité des réponses et recommande la mise en œuvre d’une “méthode d’orientation territorialisée pour la transformation de nos réponses sociétales de protection sociale”.

Sur le plan du financement, la charge “liée aux évolutions de la situation des personnes”, devra relever de la solidarité nationale. Concrètement, cela implique “d’organiser et de financer la présence, les aides liées à la participation à la vie sociale, les aides humaines et techniques”, et de prendre en charge “la compensation des actions liées à l’emploi direct, aux mandataires et des aidants familiaux”. Le soin, l’accompagnement et le surcoût lié à de nouveaux besoins de logements ou présentiels, seront assumés par la collectivité nationale.
Enfin, le reste à charge devra être “accessible et supportable” pour la personne en perte d’autonomie et sa famille. Le conseil de la caisse appelle à fixer un objectif dans ce cadre, perçu comme “déterminant” pour l’acceptabilité de la réforme.

En juillet prochain, le conseil adoptera son chapitre prospectif  “Chez-soi, une approche domiciliaire”. Il précisera également son scénario de financement et de gouvernance des politiques pour l’autonomie.

Consulter la contribution de la CNSA


Publié dans La Lettre du 24 avril 2019 – Photo: Twitter CNSA
Articles recommandés
vulputate, id commodo sed massa amet, Donec tempus eleifend eget