dans ASSURANCE MALADIE

Espace Social Européen vous présente les principaux enseignements de la version 2020 du rapport Charges et Produits de l’Assurance Maladie. Un document qui fait toujours référence dans le processus d’élaboration du futur PLFSS.

Comme désormais de coutume, la présentation du document est articulée autour de trois axes : une première partie diagnostic présentant une cartographie détaillée des dépenses de santé de l’exercice 2017, une seconde autour des propositions d’économies dans le cadre de l’élaboration de l’Ondam et enfin une troisième et dernière partie sur les propositions de dispositifs complémentaires pour accroitre l’efficacité et l’efficience du système de soins à court et moyen terme.

Sur le volet cartographie des dépenses de l’exercice 2017, on relèvera deux choses. D’abord une hausse de 2 Mds des frais médicaux pris en charge par l’ensemble des régimes maladie par rapport à 2016 (164 Mds € en 2017 contre 162 Mds € en 2016). Les dépenses liées aux hospitalisations ponctuelles continuent d’être le premier poste avec un coût global de près 31 Mds € uniquement pour la part Cnam (37 Mds € pour l’ensemble des régimes) même si son niveau reste stable par rapport à 2016. L’autre enseignement, est la confirmation du poids plus que conséquent de la prise en charge des pathologies et traitements chroniques (cancer, diabète, pathologies psychiatriques…) dans les dépenses globales de l’Assurance Maladie avec près de 86,4 Mds de prestations remboursées soit près de 60% des dépenses totales.

Sur la partie « économie », l’Assurance Maladie poursuit sur la même lignée que les crus 2018 et 2019 avec une légères augmentation des économies attendues pour atteindre les 2,069 Mds € (environ 50Ms € en plus que celles prévues pour 2019). Les principaux efforts attendus portent toujours sur le développement de la chirurgie ambulatoire (200Ms € d’économies attendues,même niveau qu’en 2019), sur la lutte contre la fraude et les abus (220Ms €, idem 2019), sur la modération du recours aux produits de santé (236Ms €) et enfin sur la maitrise de la prescription médicamenteuse (380 Ms €, + 100Ms par rapport à 2019). A noter que ces projections n’incluent pas une éventuelle évolution du prix des médicaments remboursées dans le cadre du CEPS.

Enfin sur le dernier volet de ce rapport, l’Assurance Maladie continue de formuler plusieurs propositions complémentaires pour renforcer la qualité et l’efficience du système de soins autour de 4 thématiques : améliorier l’accès aux soins des personnes en situation d’handicap (en s’appuyant sur la future Complémentaire Santé Solidaire issue de la fusion CMU-C et ACS); le besoin de renforcer les dispositifs relatifs à l’observance médicamenteuse pour mieux comprendre l’implication et la perception des patients dans le suivi des traitements médicaux; accélérer la démarche de qualité et de pertinence des soins (la Cnam préconise avec la HAS d’étendre les parcours d’expérimentations à 13 maladies d’ici 2 ans et de travailler le plus en amont possible sur le contenu des prescriptions réalisés par les médecins de ville et lors des sorties d’hôpital) et enfin; l’intégration de nouveaux modes de paiement et d’organisation faisant écho aux conclusions des dernières négociations conventionelles et aux préconisations du rapport Aubert. L’Assurance Maladie veut désormais basculer rapidement à la phase de déploiement sur le terrain de ces nouveaux dispositifs.

 
 

Publié dans la Lettre du 27 juin 2019 – Illustration : Cnam
Articles recommandés
felis velit, sit adipiscing odio quis, neque. ut