dans ASSURANCE MALADIE

Après la généralisation de la téléconsultation, l’acte II du développement de la télémédecine a démarré le 10 février dernier. La pratique, auparavant réservée aux patients en Ehpad ou dans le cadre d’expérimentations, est étendue. Peuvent désormais être pris en charge par l’assurance maladie, les patients en ALD ou atteints d’une maladie rare, ceux résidants en zone sous-dense et les détenus, soit 21 millions de personnes.

La télé-expertise permet au « médecin requérant » de solliciter un confrère, « médecin requis », pour obtenir son avis sur la prise en charge d’un patient via « messagerie sécurisée de santé ou une plateforme garantissant les conditions de confidentialité et de sécurité », précise la Cnam.

Les tarifs sont pour le « médecin requérant » de 5€ (forfait annuel dans la limite de 5 00 € par an), pour une télé-expertise de 1er niveau (sans nécessité de réaliser une étude approfondie) et de 10 € pour un 2d niveau (situation médicale complexe). Pour le « médecin requis », le paiement est à l’acte, respectivement 12 € (limite de 4 par an, par médecin pour un même patient) et 20 € (limite de 2 actes par an par médecin pour un même patient).

Articles recommandés

Tapez votre recherche et pressez ENTREE pour la valider

sem, libero nec leo. consectetur lectus risus eget id commodo