dans POLITIQUE DE SANTÉ

Ese a rencontré Jean-Pierre Door, porte-parole santé du groupe LR à l’Assemblée nationale, à propos du projet de loi, défendu par Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé le 18 mars. D’autres points de vue seront présentés prochainement.

« Ce texte contient certes de bonnes choses mais il est en deçà des nécessités. Nous sommes loin dans la concrétisation des paroles fortes tenues par le président de la République et de la ministre Agnès Buzyn. Nous sommes en attente sur le financement des mesures d’accompagnement de la réforme qu’il s’agisse des études médicales, des CPTS, des hôpitaux et de la transformation des CHU.

Sur les CPTS, il faut travailler dans une logique de bassin de vie et non pas voir la dynamique sur des territoires trop larges. Il faut aussi de la souplesse, de la liberté pour les médecins et les professionnels de santé. Nous craignons les pesanteurs administratives des ARS à ce sujet. La réforme des études médicales aura un impact d’ici 12 à 15 ans. Que fait-on avant ? Et attention au risque de nivellement pas le bas car tout le monde ne peut pas être médecin !

Nombre d’articles de ce projet de loi risquent de déboucher sur des usines à gaz réglementaires.

Sur les hôpitaux de proximité, il faut là aussi de la souplesse et bâtir les démarches avec l’intercommunalité et les départements ».


Publié dans la Lettre du 18 mars 2019 – Photo : DR
Articles recommandés

Tapez votre recherche et pressez ENTREE pour la valider

ultricies Praesent velit, et, tempus commodo Aenean libero vel,