dans ASSURANCE MALADIE

L’Ucanss a créé un laboratoire d’innovation RH, le Lab’RH, pour accompagner les organismes de Sécurité sociale dans leur projet de « travailler autrement  ».

ESE a rencontré Carole Bonvalot, directrice du développement et de l’accompagnement RH, et Marie-Claire Mora, directrice projet du Lab’RH.

Quelle est la genèse du Lab’RH ?

Carole Bonvalot. Le concept du Lab’RH est issu de la COG de l’Ucanss avec un positionnement clair, se mettre au service des caisses du régime général. Les initiatives locales d’innovation RH et managériales existantes dans les réseaux nous ont conduits à réfléchir sur la facilitation et l’accélération de cette transformation en étant un appui concret aux organismes.

Comment intervenez-vous auprès des caisses ?

Marie-Claire Mora. Nous intervenons dans le cadre d’un processus bien défini. En amont, le Comex de l’Ucanss sélectionne chaque année un thème issu des retours du terrain, mais également des attentes des caisses nationales. Par exemple en 2018, nous avons choisi l’évaluation des collaborateurs. Une fois la thématique choisie, nous faisons un appel à projet sur une période d’un mois pour que les caisses qui souhaitent mener des expérimentations sur ce sujet puissent nous solliciter. Une fois toutes les candidatures reçues, 24 en 2018, un comité de sélection en choisit quatre que nous accompagnerons tout au long du processus, de la phase de conceptualisation jusqu’au bilan.

Les outils qui sont créés avec les caisses ne sont pas une fin en soi, mais plutôt un moyen.

Carole Bonvalot

Ne craignez-vous pas de faire doublon avec les actions des caisses nationales ?

C. B. Non, au contraire. Les caisses nationales sont membres du Lab’RH et nous avons même des référents dans chacune d’entre elles. Il n’y a donc pas de concurrence entre nous. Nous assumons une forme de complémentarité avec les services et les équipes en place dans ces organismes. Notre action s’inscrit dans une démarche d’accompagnement et de mise à disposition de ressources auprès des organismes, mais également dans l’objectif de faciliter l’échange et le dialogue entre elles, avec l’avantage de l’interbranche.

Les solutions que vous préconisez sont-elles similaires d’une caisse à une autre ?

M.-C. M. Non, absolument pas, car comme nous le disons à l’ensemble des caisses participantes : « le bon modèle, c’est le vôtre. » Il est essentiel que, dans un contexte de standardisation accrue des processus, les acteurs du réseau développent leurs propres logiques et outils RH en phase avec leurs spécificités et leur histoire.

Cette année, notre thème portera sur le recrutement et l’intégration de personnel dans les caisses du régime général.

— Marie-Claire Mora

Quel bilan tirez-vous de votre première année d’activité ?

M.-C. M. Le thème de l’évaluation n’était pas simple à aborder, car on touche directement à la relation entre le manager et ses équipes. J’ai toutefois été agréablement surprise de voir que notre démarche, à la fois collective et individuelle, a embarqué de nombreux collaborateurs des caisses dans lesquelles nous sommes intervenues. L’aspect le plus essentiel à nos yeux est que ces derniers se sont approprié les solutions et les préconisations qu’ils ont développées et pour lesquelles nous les avons accompagnés tout au long.

C. B. Il est important de préciser que les outils qui sont créés avec les caisses ne sont pas une fin en soi, mais plutôt un moyen et que la phase de bilan et d’évaluation ne s’arrête pas à la fin de chaque année. Nous avons également comme objectif d’accompagner les caisses dans la durée, car les projets RH sont par définition évolutifs, pour s’adapter aux besoins et aux attentes des collaborateurs. Par ailleurs, nous sommes aussi frappées par la volonté des acteurs de terrain à porter des projets innovants qui doivent aussi transformer positivement l’image de la Sécurité sociale.

Quel thème avez-vous prévu pour 2019 ?

M.-C. M. : Cette année, notre thème portera sur le recrutement et l’intégration de personnel dans les caisses du régime général.

C. B. : C’est un thème assez large, mais aussi d’actualité, qui répond aux attentes des caisses qui, demain, devront intégrer du personnel extérieur issu de l’ex-RSI et des organismes conventionnés. Et, au-delà de ce sujet précis, il s’agit bien, plus globalement, d’aider les organismes à réfléchir à la manière de mieux prendre en compte l’évolution des métiers et des compétences, à donner envie de rejoindre la Sécurité sociale, à fidéliser les collaborateurs… C’est un enjeu de développement RH bien sûr, pour mieux recruter demain, mais c’est aussi une question d’image de notre institution !

  Propos recueillis par Carine Koepe et Alexandre Beau


Initialement publié dans ESE n°1146 du 8 février 2019 – Photo : Philippe Chagnon / Cocktail Santé
Articles recommandés
commodo pulvinar ultricies et, amet, massa ut