dans POLITIQUE DE SANTÉ

Le Premier ministre passait son grand oral devant l’Assemblée nationale, cet après-midi, afin d’obtenir le vote de confiance des députés.

Retour sur les principales mesures annoncées dans les champs de la santé et de la protection sociale.

  • La prévention « sera le pivot de la stratégie nationale de santé« , qui sera discutée à l’automne.
  • Les vaccins recommandés pour la petite enfance deviendront obligatoires « l’an prochain« .
  • Le prix du paquet de cigarettes sera progressivement porté à 10 €.
  • Création d’un service sanitaire pour les étudiants des filières de santé dans les écoles et les entreprises pour mener « des actions de prévention« .
  • L’organisation du système de soins sera revue dans une logique de parcours « favorisant l’interconnexion des professionnels de santé« , une ambition traduite « dès cette année » dans le prochain PLFSS.
  • Un plan de lutte contre les déserts médicaux sera présenté à l’automne par la ministre de la Santé et des Solidarités, Agnès Buzyn. Dans ce cadre « la télémédecine offre des opportunités formidables, nous les favoriserons« , a souligné Édouard Philippe.
  • Le reste à charge pour les lunettes, les soins dentaires, et les aides auditives sera éliminé « d’ici la fin du quinquennat« .
  • Revalorisation dès 2018 de L’allocation adulte handicapé (AAH) et du minimum vieillesse (Aspa).
  •  Simplification des procédures pour les titulaires des droits sociaux.
  • Renforcement des actions de lutte contre la pauvreté « en particulier pour les familles pourvues de jeunes enfants« .
  • Amélioration du congé maternité et des solutions de garde d’enfants. Ce chantier sera confié à Agnès Buzyn.
  • « L’inclusion des personnes en situation de handicap constitue une des priorités du quinquennat« .
  • Le système de retraite sera rendu plus lisible et plus efficace, avec un cadre fixé fin 2018.
  • La suppression des cotisations salariales sur l’assurance maladie financée par un transfert de la CSG est confirmée dès 2018. Il devrait redonner du pouvoir d’achat à « plus de 20 millions d’actifs« .
  • La Prime d’activité sera augmentée.
  • Le budget pour 2018 et une loi de programmation des finances publiques seront présentés dès la rentrée. Objectif : atteindre l‘équilibre pour la Sécurité sociale à « l’horizon 2020« .
  • Suppression du RSI, « engagée dès 2018 » avec un adossement au régime général.
  • Lancement d’un grand plan d’investissements de 50 Mds € dans les domaines de la santé, de la modernisation de l’État, du développement des compétences, … qui sera conçu par Jean Pisani-Ferry.

Décryptage :

Cette déclaration de politique générale s’apparente plutôt à un déroulé du programme présidentiel en deux temps.

2018 sera une période de consolidation des comptes publics et sociaux, 2019 s’imposera comme l’année des grands engagements sociaux et fiscaux. Dans le domaine de la santé, deux exigences sont confortées : le fond de modernisation de 50 Mds €, qui portera en partie sur ce champ, et le virage ambulatoire. Le discours reste néanmoins assez classique, maintenant place aux actes! 


Publié dans la Lettre Alerte du 4 juillet 2017 – Photo: Philippe Chagnon / Cocktail Santé
Articles récents

Tapez votre recherche et pressez ENTREE pour la valider