dans ASSURANCE MALADIE, POLITIQUE DE SANTÉ

Avec ses 219 pages de rapport, la version 2018 du document « Charges et Produits » de l’Assurance Maladie reste un document de référence dans le processus d’élaboration du PLFSS.

Nouveauté de cette année, la présentation du document est structurée sur deux axes : une partie diagnostique et une autre sur les propositions. Cette dernière prenant la plus large place du rapport qui sera présenté au CA la semaine prochaine.

Du côté des dépenses, les chiffres 2015 font remonter que l’ensemble des régimes maladies a remboursé près de 158 Mds€ de frais médicaux. 42% de ses frais relèvent de la médecine de ville, 45% de frais hospitaliers et 13% de prestations en espèces. Le poids des pathologies et des traitements liés à une maladie chronique continue d’être conséquent avec près de 60% des dépenses totales (pour 35% de la population totale impactée).

La (dense) partie proposition est introduite par le tableau des économies attendues suite aux actions menées par l’Assurance Maladie en 2018. Au total, près de 1,940 Mds€ d’économies sont planifiées soit un effort supplémentaire de 500 M€ par rapport à l’an dernier. Dans le détail : le virage ambulatoire permettrait de dégager 470 M€ d’économies, la maitrise médicalisée des prescriptions 750 M€, la pertinence et bon usage des soins 510 M€ et la lutte contre la fraude 210 M€. Faute d’un retour officiel sur le taux d’ONDAM prévu pour le PLFSS 2018, l’Assurance Maladie assume ne pas avoir corrélé son plan d’économies à un éventuel taux d’Ondam de l’ordre de 2,3% (promesse de campagne du candidat Macron).

En sus de ces objectifs, l’Assurance Maladie formule également plusieurs propositions complémentaires pour renforcer la qualité et l’efficience du système de soins. Parmi celles-ci, Nicolas Revel et ses équipes ont tenu à mettre en avant : la volonté d’accélérer le virage ambulatoire en médecine en renforçant l’organisation des structures de soins primaires ; repenser le modèle de fixation des prix des médicaments ; tester le financement de soins sous forme de forfait avec une expérimentation prévue sur les prothèses de hanche et enfin impulser une nouvelle dynamique dans l’innovation organisationelle. Sur ce dernier point, l’Assurance Maladie propose la création d’un fond national d’appui à l’innovation, qu’elle piloterait, en sus du FIR actuellement piloté par les ARS. Un dispositif de suivi, d’accompagnement et d’évaluation serait intégré à ce fond. Sur ce dossier, la Cnamts veut prendre le leadership sur l’organisation et la gestion des prises en charge des soins de demain. Le parallèle avec l’enveloppe de 5 Mds € dévolue au développement de l’innovation dans le domaine de la santé faites par le candidat Macron, sur laquelle n’a communiqué depuis l’élection, est possible.

 

Téléchargez le rapport


Initialement publié dans La Lettre « Alerte » du 29 juin 2017 – Photo:  Eric Durand / Cocktail Santé
Articles recommandés

Tapez votre recherche et pressez ENTREE pour la valider